Ascension Everest

Stratégie acclimatation /conquête

Ah la là, que rien n’est simple quand il s’agit de gravir la plus haute montagne du monde ! Je connais bien cette complexité dès qu’il s’agit de performances aux limites des possibles.

Quel est le sujet dont je veux vous parler donc ? Il s’agit de la meilleure approche préalable possible pour réussir l’ascension du sommet, avec ou sans oxygène. AVANT l’ascension elle-même donc.

Autrement dit, la période qu’on appelle acclimatation. Mais qui est aussi la période d’entraînement, de pré-ascension. En d’autres termes, des actions et du repos. Car oui le repos fait partie de la préparation.

Quels sont les paramètres qui entrent en jeu pour décider ?

1. La météo

Il est évident que si la météo est au mauvais, on ne peut prendre le risque de s’aventurer en altitude

2. Zones à risque

La météo a deux effets : l’un en temps réel qui permet ou non d’être dehors

L’autre est les effets décalés dans le temps sur les zones de montagne à risque. Il neige abondamment 3 jours, mais nous ne pourrons nous aventurer dans les zones à risque qu’une fois « purgées » ces zones à risques d’avalanche en particulier. La durée de cette purge dépend de la quantité de neige tombée en particulier.

La zone Camp 3 camp 4, sur les flancs du Lotse est particulièrement dangereuse car exposée aux avalanches qui emporte tout sur leur passage. Sanction : la mort.

3. La préparation des camps par les sherpas

Si le camp 2 ou 3 n’est pas prêt, pas la peine de le programmer, ou réciproquement, on ne peut y aller que s’il existe.

A ce jour, le camp 2 n’est pas finalisé d’être installé et le camp 3 n’est pas commencé.

4. La maladie

Parfaitement non prise en compte au départ, on s’aperçoit que les maladies ORL jouent un rôle important en altitude : j’ai été cloué 2 jours au lit sans bouger. Dans ce contexte, pas la peine de programmer une ascension – exploration difficile, ça sera l’échec assuré ou l’aggravation de l’état de santé ou un retard d’acclimatation.

5. L’acclimatation du corps

Que l’on mesure avec la SAT (Saturation en Oxygène)

Est-il raisonnable de vouloir s’aventurer au camp 2 voire au camp 3 si la SAT est encore basse, démontrant une acclimatation encore insuffisante ? Est-ce que cela va accélérer l’acclimatation malgré tout ou au contraire aggravé le retard et générer un MAM (Mal Aigu des Montagnes) ?

6. L’équilibre entre effort préparatoire et se conserver

La découverte des camps et parcours supérieurs va donner de l’information, de l’exercice au corps, mais il va aussi contribuer à détruire une partie du potentiel qui sera nécessaire le jour J. Quelle est la bonne distance ? Par exemple, aller au camp 4 pour les sans Ox est très intéressant pour en retirer de l’information sur notre feeling et de percevoir si oui ou non le sans ox est un possible ou si c’est l’échec assuré, mais d’un autre côté aller jusqu’au camp 4 va détruire une partie du potentiel physique qui sera manquant le jour J.

7. La volonté des sherpas

Je veux aller au Camp 4, mais je ne pourrai le faire que si un sherpa accepte de m’y accompagner…A négocier sur place, mais il me semble qu’on aura peu de marge de manœuvre pour les influencer.

8. L’avis des experts médicaux

Est-il mieux de dormir 2 nuits au camp 2 et une nuit au camp 3 ou 3 nuits au camp 2 ?

Est-il mieux d’aller un peu plus haut que le camp 3 sans atteindre le camp 4 pour redescendre au camp 3 car il est toujours plus productif d’avoir monté un peu au-dessus de l’endroit où l’on dort.

Et puis, tout serait parfait si les experts étaient d’accord entre eux…

9. L’état de forme

Au final, si tout est au rendez-vous, mais nous ne savons pas à l’avance comment va se comporter notre corps. Donc il reste dans tous les cas cet inconnu pour faire un planning parfaitement prédéterminé.

Une fois qu’on a mixé tout cela, le programme peut être le suivant :

Date Avec OX Sans Ox – Option 1 Sans Ox – option 2
7 mai CB – C1 (nuit) CB – C1 (nuit) CB – C1 (nuit)
8 mai C1 – C2 (nuit C1 – C2 (nuit) C1 – C2 (nuit)
9 mai C2 – C2 (nuit) C2 – C2 (nuit) C2 – C2 (nuit)
10 mai C2 – C3 – C2 (nuit) C2 – C3 (nuit) C2 – C3 – C4 – C3 (nuit)
11 mai C2 – C1 – CB (nuit) C3 – C2 – C1 – CB (nuit) ou C3 – C4 – C3 – C2 (nuit) C3 – C2 – C1 – CB (nuit) Ou C3-C2 (nuit)
12 mai Camp base – repos Camp base – repos ou C2 -C1 – CB Camp base – repos ou C2 – C1 – CB

Je suis cependant bien incapable de vous dire ce que nous ferons à ce jour. A suivre donc sur les options qui auront été retenues et imposées…

Une réflexion au sujet de « Stratégie acclimatation /conquête »

  1. Quel courage monsieur Denoel! Je vous souhaite l’atteinte de votre objectif ( dans les limites du raisonnable)
    Tous mes remerciements pour vos partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *